MESSAGE IMPORTANT AUX CITOYENNES ET CITOYENS DE NEUVILLE

Voici le communiqué reçu par tous les citoyens de Neuville aujourd’hui par la poste de la part du comité de citoyens de Neuville:

« L’aéroport de la discorde », c’est le titre que s’est mérité Neuville à la une du journal le Devoir le 13 décembre dernier. Il y a lieu de faire une récapitulation des faits qui ont conduits notre ville à faire les manchettes.

Au cours de l’année 2011, des promoteurs avisent la ville qu’ils vont construire un aéroport privé sur une terre agricole chez nous. Ils n’ont aucunement à se préoccuper des règlements de zonage, de la loi sur la protection du territoire agricole ou des lois québécoises sur l’environnement. Pourquoi ce traitement de faveur? Parce qu’un jugement récent de la Cour suprême a décrété que tout ce qui touche l’aéronautique est de compétence exclusive du fédéral y compris le lieu d’implantation. Les deux juges québécois de cette cour expriment clairement leur dissidence sur ce dernier point. Les promoteurs ont donc le feu vert.

Après 9 mois d’opposition, sans aucun écho du ministre Denis Lebel et face à une impasse législative créée par la Cour suprême, les élus de Neuville ont cherché à éviter le pire en signant un protocole qui civilise timidement l’usage de cet éventuel aéroport (par exemple, interdiction des vols après 21 h). Mais, contrairement aux prétentions du ministre Denis Lebel et des promoteurs, ce protocole n’est en rien une acceptation du projet. L’opposition du maire et des conseillers à ce projet est et a toujours été ferme.

Les promoteurs, armés du jugement de la Cour suprême, ont donc pris d’assaut en novembre 2011 une terre agricole de Neuville en travaillant tant le jour que la nuit pour commencer à créer la piste qu’ils voulaient, dans un premier temps, louer au club d’aviation Les Ailes Québécoises (plus de 100 membres et 50 avions).

Les citoyennes et citoyens ne l’entendaient pas de la sorte et personne n’a baissé les bras. Une organisation efficace de gens déterminés a réussi à convaincre la grande majorité de la population à exprimer leur profond désaccord à l’égard de ce coup de force auprès du ministre fédéral Denis Lebel en signant une pétition. Notre députée fédérale Élaine Michaud et Denis Coderre, critique libéral des Transports, multiplient les questions au ministre Denis Lebel sans obtenir de réponses. Même une demande de rencontre avec le maire de Neuville est rejetée par le ministre.

Certains observateurs ont pris conscience de ce qui se passe à Neuville et, chaque semaine, de nouveaux acteurs s’ajoutent à la liste. Tous constatent le fait suivant : ce qui se passe à Neuville peut se produire partout au pays et  aucune municipalité n’est à l’abri de ces promoteurs d’entreprises socialement inacceptables et contraires à toute règle démocratique.

Neuville a reçu l’appui inconditionnel de la Fédération québécoise des municipalités et de son président Bernard Généreux. La Fédération nous fournit même l’expertise de ses services pour nous conseiller sur l’imposition éventuelle d’une taxe importante sur la nuisance à laquelle seraient soumis tant l’entreprise que ses utilisateurs.

La détermination des citoyennes et citoyens de Neuville a permis d’informer les pilotes des Ailes Québécoises des vrais enjeux en cours et ceux à venir pour eux, lors de leur assemblée générale. Le résultat : une division profonde chez les membres du Club et un report du vote sur leur déménagement à Neuville au 17 janvier prochain.

Rien n’est joué : Transports Canada n’émet pas de permis, ni d’autorisation pour la construction d’un aérodrome. Ce qui veut dire que, pour l’instant, les promoteurs n’ont absolument rien entre les mains, aucune certification; c’est simplement un projet privé dont la construction barbare est protégée par le jugement.

Le ministre Lebel peut voir à ce qu’une réglementation ministérielle ou une entente administrative entre Québec et Ottawa puisse soumettre les promoteurs aux lois de l’Assemblée nationale, comme nous y sommes soumis, nous les citoyens ordinaires, les 99% de la population.

La lutte continue. Nous ferons tout pour bloquer ce projet et les promoteurs devront assumer le coût de leur incurie et de leur mépris.

Voici comment chacune et chacun de nous pouvons agir dans les jours qui suivent :

1) Téléphoner au ministre Denis Lebel à son bureau de comté au : 1-800-667-2768 et à Ottawa : 613-996-6236

2) Contacter monsieur André Lapointe (Directeur général régional, région du Québec) à Transports Canada : andre.lapointe@tc.gc.ca

3) Remplir une plainte en ligne au Secrétariat de l’aviation civile.

Il n’est pas normal qu’en 2011, au Canada, une poignée de promoteurs puisse faire fi de l’opinion de toute une population, de son conseil de ville et de son maire, à leurs seuls bénéfices. Enjoignez vos proches et amis à agir et unissons nos voix contre ce type de développement sauvage.

À vos claviers citoyens et faites entendre votre mécontentement pour que la démocratie puisse reprendre la place qu’elle mérite.

Le Comité de citoyens de Neuville

N.B : Les frais de cet envoi sont assumés personnellement par des membres du Comité de citoyens de Neuville contre le projet d’aéroport. Nous vous informerons de la suite du combat dans trois semaines et d’ici là, nous profitons de cette occasion pour vous souhaiter de Joyeuses Fêtes!

Une réponse pour MESSAGE IMPORTANT AUX CITOYENNES ET CITOYENS DE NEUVILLE

  1. Je tiens à remercier tout ceux qui mettre de leur temps, du cœur, de la volonté et surtout de la persévérance contre ce projet.
    Comme ce mouton qui se fait raser toute la laine qu’il a sur le corps, nous n’avons pas à ce laisser faire, eux les promoteurs, accepteraient-ils que ce projet se concrétise dans leur cours? Personnellement, j’en doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>